Fabrication du thé noir

Invention du thé noir

Consommer du thé noir régulièrement > Bonne santé et longévité assurée

La fabrication du thé noir, d'origine anglaise, repose sur deux procédés de fabrication. Vous découvrirez ci dessous les différentes étapes de la fabrication, pour ainsi comprendre d'ou proviennent ses différents arômes.

Fabrication du thé noir : le procédé dit orthodoxe

La fabrication du thé noir avec le procédé orthodoxe se déroule en 5 étapes :

Le flétrissage

– le flétrissage a une durée pouvant aller de 18 heures à 32 heures. Cette étape de fabrication est importante puisqu’elle permet le séchage d’une partie du l’humidité contenue par les feuilles fraichement cueillies.

Le roulage

– les feuilles sont manipulées et roulées dans l’optique de briser les cellules des feuilles de thé. La libération des enzymes sera alors optimale et la fermentation n’en sera que de meilleure qualité.

La fermentation

– Celle-ci est beaucoup moins longue que le flétrissage puisque la fermentation dure de 1 à 3 heures. Les feuilles sont entreposées dans une pièce et soumises à une température élevée et un fort taux d’humidité.

La dessication

– Elle dure environ une vingtaine de minutes et à pour objectif de stopper la fermentation. Pour y parvenir, la température de la pièce ou sont stockées les feuilles de thé noir va être portée à 90 degrès.

Le tamisage :

c’est la dernière étape de la fabrication du thé noir. Celle-ci consiste à un tri des feuilles de thé ainsi qu’un emballage.

Fabrication du thé noir : le procédé CTC

CTC est une abréviation de Crush, Tear, Curl. Pour les non-anglophones, la traduction exacte serait broyage, déchiquetage, bouclage. L’étape de fletrissage,

commune au deux procédés, et suivie d’une étape de déchiquetage intégrale des feuilles de thé. Pour ce faire, celles-ci sont passées dans des cylindres garnis de

lames métalliques. Pour finir, le roulage se réalise dans un gros récipient rotatif (type tonneau), communément appelé ghoogi.